Coups de coeur

Dans la forêt de Trélon, la chapelle Sainte Hiltrude

Dissimulée entre les pins d’une forêt de l’Avesnois, la Chapelle Sainte-Hiltrude est une destination à la fois spirituelle et naturelle, offrant une expérience unique aux visiteurs. Ce lieu de culte, empreint de mystère et de tranquillité, attire les amateurs de randonnées et de petit patrimoine en quête de paysages préservés.

Nous allons jouer les Indiana Jones pour trouver une chapelle perdue dans la forêt ;) La forêt en question est appelée “forêt de Liessies”, “forêt de Trélon”, “forêt du Val-Joly”… En réalité, la promenade que nous allons faire traverse bien le massif forestier de la Fagne de Trélon. Intégré dans le Parc Naturel Régional de l’Avesnois, il est constitué essentiellement de chênes et de charmes.

Pas facile à trouver, la chapelle de Sainte-Hiltrude. Elle se cache en pleine forêt, en bordure de Liessies et Willies, entre des pins, une rivière et un pont… Plusieurs randonnées vous y conduisent et vous pouvez choisir celle qui vous convient le mieux.

Qui est Sainte Hiltrude ?

Issue d’une noble famille, Hiltrude était la fille du comte de Poitou, lui-même cousin de Pépin le Bref (père de Charlemagne). Ce père, Wibert, qui possédait des terres entre la Sambre et la Meuse, entre la France et la Belgique, a fondé la riche abbaye de Liessies en 751.

Hiltrude a été fiancée à un puissant seigneur, mais ne voulait pas se marier et préférait “se consacrer à Dieu”. Elle s’est réfugié dans la forêt pour échapper à ce mariage, jusqu’à ce que sa soeur soit désignée pour la remplacer. Hiltrude s’est ensuite rendue au monastère que son père avait fondé à Liessies et dont son frère était l’abbé. Ce dernier a installé sa sœur dans une cellule près de l’église. Suivant son exemple, d’autres filles de seigneurs qui ne désiraient pas se marier l’ont rejointe, permettant de créer en 752 une annexe féminine de l’abbaye.

Hiltrude est décédé en 769, à la tête d’un groupe de religieuses. Elle a d’abord été enterrée près de l’église du village de Liessies, puis, au 11e siècle, elle a été canonisée, car elle aurait permit de nombreuses guérisons miraculeuses, surtout parmi les habitants des villages voisins de Liessies. Son corps a été installé dans l’église de Liessies qui porte depuis son nom : Sainte-Hiltrude en Avesnois.

l'église de Liessies
L’église de Liessies

La balade vers la chapelle

En plein cœur du parc naturel régional de l’Avesnois, le village Liessies est une porte ouverte sur l’histoire et la nature, propice tant à la randonnée qu’aux visites en famille. Le nom de Sainte Hiltrude y est visible un peu partout (l’église, les rues…).
Si l’abbaye a définitivement disparu au début du 19e siècle, la petite chapelle, elle, est encore debout.

Et s’il ne reste aujourd’hui que quelques vestiges de l’abbaye, il est toujours possible de visiter les jardins qui constituent le parc départemental de l’Abbaye s’étendant sur 48 hectares. Vous pouvez commencer la promenade par ce très joli parc. Le circuit de randonnée “Le Parc de l’Abbaye de Liessies et la Chapelle Sainte-Hiltrude” (7,8km – 2h30) commence près de l’étang du parc, passe à proximité de la fameuse chapelle et se promène dans la forêt.

Vous pouvez aussi suivre le “Circuit du château de la Motte” (7km – 2h) qui commence à l’église de Liessies, traverse la forêt et longe l’étang, puis le château de la Motte.

J’ai choisi, tout simplement, de me garer non loin de la mairie de Liessies et de remonter la rue Sainte-Hiltrude, qui se transforme ensuite en chemin Sainte-Hiltrude avant d’entrer dans la forêt. Il suffit alors d’avancer tout droit, jusqu’à la chapelle.

Situé dans le hameau du Champiau, à l’entrée du chemin Sainte Hiltrude, cet oratoire de pierre bleue se trouvait auparavant au milieu des prairies, comme c’est souvent le cas dans l’Avesnois. Il était dédié à Notre Dame de Walcourt (une ville belge), mais selon le site oratoiresetchapelles-avesnois.fr, lorsqu’il a été déplacé et restauré, on a apposé une plaque de marbre sur laquelle on a inscrit une dédicace liée au lieu : Notre Dame de Champiau.
Cet oratoire marque “l’entrée” de la forêt.

Les grands troncs font leur apparition et on remonte un chemin forestier (plus ou moins boueux, selon la météo) sur environ 1 kilomètre et demi.

Une petite et (très) discrète affichette, collée sur un pin, indique que nous sommes sur la bonne route pour trouver la chapelle.

La forêt est particulièrement calme et reposante, on entend seulement les piaillements des oiseaux.

La jolie chapelle Saint Hiltrude apparait au bout du chemin, dans une clairière aménagée.

C’est à l’endroit où la jeune Hiltrude se serait cachée qu’a été construite la chapelle, entre la fin du 17e et le début du 18e siècle. Elle est classée aux Monuments historiques depuis 1947.

La partie basse de la chapelle est en pierre bleue et calcaire, la partie haute en briques. Un clocheton a été ajouté il y a quelques décennies. Ses murs en pierre locale et son toit en ardoise se fondent harmonieusement avec le paysage forestier environnant.

la chapelle Sainte-Hiltrude, Liessies

Au fil des siècles, de nombreux passants laisse leurs noms, parfois celui de leur famille, sur des morceaux d’ardoise, ou gravés sur les portes ou les poteaux de bois de la chapelle. Sainte Hiltrude étant réputée guérisseuse, ce lieu est devenu un point de pèlerinage pour les fidèles demandant protection et bonne santé.

On peut jeter un oeil dans la chapelle par les ouvertures de la porte. On distingue alors une plaque funéraire : le comte Charles de Montalembert et son épouse Anna de Mérode (de la célèbre famille princière belge) ont été propriétaires de la chapelle de 1857 à 1904.

Un peu en contrebas, la source qui aurait, elle aussi, des vertus guérisseuses, a été aménagée en petite fontaine votive. Je me suis assise sur les marches pour un petit pique-nique, au calme.

la chapelle Sainte Hiltrude, dans l'Avesnois

Vous pouvez ensuite retourner au parc de l’abbaye de Liessies, via la forêt. En ce qui me concerne, j’ai simplement choisi de faire demi-tour…

Sur la gauche, vous pouvez traverser le pont qui franchit le “Rieu Trouble”, la rivière qui traverse la forêt.

Il avait fait sec, cet été-là, et l’eau se faisait rare. La rivière doit être plus vigoureuse cette année !

J’ai croisé sur la route du retour de nombreux oiseaux et un bon gros scarabée aux reflets bleutés, a priori un “bousier des bois” (également appelé “Géotrupe forestier”).

Intégrée au programme européen Natura 2000, cette forêt abrite 70 espèces végétales régionales, certaines peu communes et d’autres très rares. Une vingtaine d’entre-elles sont même protégées dans la région (la luzule des bois, le silaus des prés, le faux pourpier, la laiche des renards…). 

Une fois ressortie de la forêt, je n’ai eu qu’à remonter le chemin et la rue Saint Hiltrude.

Visiter la Chapelle Sainte-Hiltrude n’est pas seulement une excursion dans un lieu de patrimoine religieux, c’est également une belle parenthèse dans la nature. Choisissez votre randonnée, enfilez une bonne paire de chaussures et… c’est parti !

Puisque vous êtes dans le coin, visitez (évidemment) le parc de l’ancienne Abbaye de Liessies et l’église du village. Vous pouvez pousser un peu plus à l’est pour vous promener dans le très beau parc du ValJoly.
Vous pouvez aussi visiter la Maison du bocage de Sains-du-Nord, le château de Trélon, propriété de la famille de Mérode, et le surprenant Musverre de Sars-Poterie.

Cet article vous a plu ? Gardez-le ou partagez-le.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.