Coups de coeur

Le Quesnoy et sa belle promenade des remparts

les remparts de Le Quesnoy

Le Quesnoy est une modeste, mais très jolie, commune de l’Avesnois proche de l’immense forêt de Mormal. Entourée d’étangs, de bois et de verdure, la ville est ceinte de remparts à la Vauban qui vous invitent à parcourir une belle promenade qui allie histoire et nature.

La ville du Quesnoy a été conquise en 1654 par les troupes du roi Louis XIV, qui a décidé de moderniser les fortifications construites par les Pays-Bas espagnols au début du 16e siècle. Il a alors chargé son ingénieur, le célèbre Vauban, de restaurer l’enceinte de la vieille cité. Remaniant murailles et fossés, bastions et demi-lunes, Vauban a réalisé un petit chef-d’œuvre de forme octogonale qui s’élève encore de nos jours.

Siècle après siècle, la municipalité a veillé à entretenir et préserver ces deux kilomètres de remparts. Déclassées en 1901, les fortifications ont été restaurées par la ville à partir des années 1980. Le Quesnoy est d’ailleurs l’une des rares villes de France qui possède encore ses murailles.

La “promenade des remparts” propose un très agréable circuit pédestre d’environ 5km qui débute sur la place du Général Leclerc. On tourne à droite après avoir dépassé l’Office du tourisme.

L'office du tourisme de Le Quesnoy
promenade des remparts au Quesnoy

Passez devant le joli kiosque à musique et la sculpture de “La Sagesse”, puis avancez entre deux rangées d’arbres.

le kiosque de Le Quesnoy

Plusieurs panneaux explicatifs jalonnent la promenade pour vous indiquer où vous vous situez et vous offrir quelques éléments historiques ou architecturaux.

Vauban et Le Quesnoy

Le chemin de ronde m’a fait penser à Montreuil-sur-Mer, même si les remparts du Quesnoy sont moins élevés. Les fossés, vidés de leur eau, sont tous verdoyants. On y entend des grenouilles vertes et des canards.

vue sur les remparts depuis le chemin de ronde

La promenade vous invite à rejoindre les fossés et le reste de la balade longe les pieds des remparts.

À certains endroits, quand la nature foisonnante ne les cache pas trop, on distingue le sou bassement en grès, les alignements de briques et les carrés en pierre blancs, l’épaisseur des murs et les coins soulignés…

Les briques et pierres des remparts de Le Quesnoy
balade aux pieds des remparts

En remontant en haut des remparts, vous pouvez admirer un petit jardin logé dans une demi-lune.

jardin dans une demi-lune

Vous pouvez faire un petit détour sur la droite vers le chemin de mémoire afin d’aller admirer le mémorial aux Néo-Zélandais datant de 1923.

le chemin de la mémoire néo-zélandais à Le Quesnoy

Vous passerez dans un tunnel étroit et un peu bas pour aboutir à une placette qui fait face au mémorial.

Pourquoi rendre hommage aux Néo-Zélandais ?
La ville avait été (durement) occupée par les troupes allemandes dès le 23 août 1914. Et le 4 novembre 1918, c’est la Division néo-zélandaise qui a encerclé Le Quesnoy, puis s’est lancée à l’assaut de la cité, en causant le moins de dégâts possible. La grande plaque de pierre blanche commémore l’exploit de quelques soldats qui ont posé une échelle aux pieds des remparts sud, puis sont parvenus à y grimper pour escalader les remparts, à la stupéfaction des Allemands.
Comme un clin d’œil, ce monument est fiché dans un mur de courtine, entre deux bastions, dans ces mêmes remparts. Il a été réalisé par le sculpteur valenciennois Félix Desruelles.

le mémorial aux Néo-Zélandais à Le Quesnoy

Un panneau moderne situé en face du mémorial explique la situation des forces en présence, les mouvements des troupes et les combats de novembre 1918.

les fossés sont envahis par la végétation

En retournant sur le haut des remparts, vous longez plusieurs étangs entourés de bois.

on remonte sur les remparts

À ce niveau, la balade vous plonge littéralement dans la nature.

On se rapproche de la porte de Valenciennes

En sortant des bois, vous parvenez à la porte de Valenciennes. Traversez sa route pavée pour emprunter un escalier qui vous amène aux pieds des remparts.

porte de Valenciennes, Le Quesnoy, dans l'Avesnois
les remparts de briques rouges et pierres blanches

En retournant vers l’office du tourisme et sa porte Fauroeulx, vous longez le lac Vauban.

les remparts de Le Quesnoy et le lac Vauban

Avant de revenir à votre point de départ, faites un détour par la base de loisirs de l’Étang du Pont Rouge.

base de loisirs de l'étang du Pont Rouge

Vous pouvez prolonger votre randonnée depuis le centre-ville du Quesnoy, en suivant les itinéraires hors les murs de l’Office du tourisme pour apprécier les jolies rues anciennes et les beaux monuments de la petite cité avesnoise.

INFORMATIONS PRATIQUES
Adresse :
départ de la promenade sur la place du général Leclerc, au Quesnoy.

Cet article vous a plu ? Gardez-le ou partagez-le.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.